« Lettres de Poilus » : de jeunes Ardennais se réapproprient l’Histoire

Ouvert depuis le 23 janvier 2018, le musée Guerre et Paix en Ardennes se veut le vecteur d’une véritable éducation mémorielle, en direction notamment des jeunes générations. Premier exemple de cette démarche, le projet « Lettres de Poilus », conçu et porté par l’équipe du musée, en collaboration un groupe d'adolescents issus du Foyer départemental de l'Enfance et le sculpteur ardennais Éric Sléziak.

 

 

Un groupe d’adolescents, accueillis au Foyer départemental de l’Enfance des Ardennes, se réapproprie d’authentiques lettres envoyées par des Poilus durant la Première Guerre mondiale, en les retranscrivant en peinture sur des plaques de tôle. L’occasion d’appréhender différemment la grande Histoire, à travers les témoignages concrets de soldats français et allemands, puis de transcender ces éléments historiques à travers une démarche artistique.
 

 

 

Voir la galerie photo

 

Depuis le mois d'octobre, des séances d’initiation à la métallurgie et de création se sont déroulées dans l’atelier d’Éric Sléziak à Bogny-sur-Meuse (Ardennes). Le sculpteur, créateur du sanglier monumental Woinic qui borde l'autoroute A34, travaille en effet le métal depuis qu’il est enfant et il a toujours eu à cœur de transmettre sa passion, notamment auprès des jeunes.

Les lettres de Poilus en place pour les Commémorations

 

 

En cette période de commémorations du Centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, les jeunes confiés à l’Aide Sociale à l’Enfance ont dévoilé le fruit de leur travail historique et artistique en Préfecture, en mairie de Charleville-Mézières et à l'Hôtel du Département à l'occasion de la visite du Président de la République et du Conseil des ministres délocalisé.

Ce projet, mené avec le soutien du musée Guerre et Paix en Ardennes, du Foyer départemental de l’Enfance et de l’artiste ardennais Éric Sléziak, constitue pour le Président Emmanuel Macron « une évocation singulière et précieuse de ce que fut la Grande Guerre. »

100 ans après l’horreur et l’inhumain, les générations d'aujourd’hui se posent comme ambassadrices du devoir de mémoire et porteuses de messages de paix. La symbolique prendra tout son sens lorsque leurs lettres seront installées à l’entrée du Musée Guerre et Paix en Ardennes, en plein cœur des commémorations de la fin du conflit.