Trans-Semoysienne : sur la voie du succès !

La Voie verte fait des petits. Après trois ans de réflexions et de travaux, la Trans-Semoysienne a été inaugurée ce samedi 14 mai. Vingt kilomètres de Monthermé à Hautes-Rivières, en passant par Tournavaux, Haulmé, Thilay, Nohan-sur-Semoy, dans le but de relier les deux vallées en s’ouvrant également sur la Belgique.

voie trans-semoysienneBenoît Huré, le Président du Conseil départemental des Ardennes, était présent lors de cette cérémonie ; la collectivité a injecté au total un peu plus de 347.000 € dans ce projet (dont le montant total des dépenses s’élève à 2,73 M€), censé dynamiser le tourisme sur ce bout de territoire si apprécié des touristes belges et hollandais. Depuis l’été dernier, la Trans-Semoysienne était déjà praticable et les promeneurs se sont déjà emparés de l’outil pour profiter des charmes de la nature ardennaise.

Les acteurs touristiques n’ont pas attendu non plus pour tirer partie de ce bel outil. Outre le camping d’Haulmé qui a rouvert ses portes il y a un an, des hébergements insolites ont vu le jour, et des idées sont régulièrement proposées par les acteurs déjà présents pour renforcer l’offre de loisirs et de services. C’était l’idée de la Communauté de communes Meuse et Semoy en créant cette voie, de toute façon : inciter les privés à l’utiliser et à l’enrichir.

Outre de redécouvrir la richesse des paysages, la Trans-Semoysienne permet également de mettre à l’honneur le patrimoine de la vallée de la Semoy. Les Ardennais les premiers pourront découvrir, ou redécouvrir, les richesses historiques et industrielles du secteur, à travers 18 panneaux explicatifs installés le long de l’itinéraire.

Bref, cette petite sœur de la Voie verte est à tester… d’urgence !

Si vous cherchez des idées de balades et de lieux à visiter en Meuse et Semoy : rendez-vous sur le site de l’Office de Tourisme de Monthermé.