XIe Journées de l'ANACT : la médiation au cœur des échanges

Les XI Journées de l’ANACT, qui se sont déroulées du 21 au 23 novembre 2018 à Charleville-Mézières, ont permis de mettre en lumière deux services territoriaux dans les Ardennes travaillant dans le domaine de l’archéologie : la Cellule Archéologique des Ardennes (Cellaa), spécialisée dans l’activité d’opérations d’archéologie préventive, et le musée de l’Ardenne, dédié à la conservation et à la médiation des collections archéologiques. Comment la médiation s’opère-t-elle dans ces deux services ? Quelle articulation entre le musée et l’archéologie de terrain ?

La Cellule Archéologique des Ardennes

Depuis 2009, la Cellule Archéologique des Ardennes, mise en place par le Conseil départemental, permet de concilier sauvegarde du patrimoine et développement de nouveaux projets d’aménagement. Agréée pour les deux périodes principales du département, la période gallo-romaine et le Moyen âge, la Cellaa permet aux opérateurs publics et privés de ne pas perdre de temps dans la réalisation de leurs chantiers.

Elle participe également à la valorisation du patrimoine ardennais et au rayonnement du département au moyen d’actions de médiation à destination du grand public telles que des visites de chantier de fouilles, la participation aux Journées Européennes du Patrimoine ou aux Journées Nationales d'Archéologie la conception d’outils pédagogiques (ex : modélisation 3D de sites archéologiques) ou encore l’organisation d’expositions et d’interventions dans les écoles.

En 2017, une fouille menée à Warcq a permis de révéler les vestiges de thermes gallo-romains. Des actions de médiation ont alors été menées :

  • vers le grand public :

En avril 2017, une journée portes ouvertes des thermes a permis de rassembler 850 curieux sur le chantier de fouille venus comprendre le métier et s’approprier une infime partie du patrimoine local.

  • Vers la communauté scientifique :

Une présentation à des colloques archéologiques (Namur en Belgique et Châlons-en-Champagne) a été réalisée et l'état de conservation exceptionnel de cette découverte a conduit à la définition d’un projet de restauration et de mise en valeur.

  • Vers des élèves de collège :

Un Projet Artistique Globalisé a été mis en place dans un collège ardennais de Charleville-Mézières. Conventionné par la DRAC, ce projet a permis de faire découvrir l’archéologie aux élèves et de parfaire leurs connaissances de l’Antiquité via des ateliers pédagogiques, des visites au sein de musées et la découverte de vestiges.

Le musée de l'Ardenne

Créé en 1994, le musée de l’Ardenne est un musée municipal, rattaché à la ville de Charleville-Mézières. En tant que Musée de France, le musée de l’Ardenne a l’obligation en dehors de la conservation, est la médiation autour des collections archéologiques du musée.

En s’appuyant sur la présence de médiateurs, le musée développe ainsi de nombreuses actions de médiation inspirée de l’archéologie expérimentale, discipline qui vise à restituer des usages et des modes de fabrication à travers l’expérimentation. Déguster une soupe néolithique lors de la Semaine du Goût, déambuler dans un village gaulois entièrement reconstitué dans la cour du musée lors des Journées européennes du Patrimoine fournissent ainsi aux visiteurs de formidables outils pour mieux comprendre les civilisations passées. 

Articulation entre le musée et les archéologues préventifs des Ardennes

L’archéologie préventive et la médiation remplissent une fonction sociale. Elles donnent du sens au réel et « une source de la mémoire collective », conformément à la Convention de Malte, contribuant à la construction des liens entre les communautés, leur passé, leur avenir et leurs territoires.

Localement, deux découvertes exceptionnelles permettent au musée de l’Ardenne et à la Cellule départementale d’Archéologique des Ardennes d’articuler leurs compétences :

D'une part, la tombe à char de Warcq, unique dans le monde celtique et fouillée par un groupement des archéologues de l’Inrap et du Conseil départemental des Ardennes, a vocation à être présentée au sein du musée. Toutefois les questions inhérentes au droit, à l’étude et à l’état de conservation très particulier génèrent un temps de préparation plus long que le temps de l’actualité. Surtout, accueillir une telle présentation, quelle que soit la forme finale retenue, nécessite également de revoir les espaces et les présentations antérieures, et s’inscrit de fait dans un programme plus large de projet muséal.

D’autre part, la mise au jour de thermes gallo-romains de Warcq particulièrement bien conservés et accessibles au public, a généré un engouement populaire extrêmement fort. Il se traduit aujourd’hui dans la visibilité donnée à tout le département, voire à toute l’Ardenne transfrontalière, par ce site qui a été retenu par la mission Bern pour symboliser l’ensemble du patrimoine archéologique français. 

D'autres projets à venir

Une frise chronologique départementale

Le musée de l’Ardennes et la Cellaa travaillent ensemble à la conception d’une frise chronologique départementale, inspirée des fouilles réalisées sur le territoire ardennais.

Modélisation 3D de la ville de Charleville-Mézières

Un projet de modélisation 3D de la ville de Charleville-Mézières au XVIIème siècle est en cours, avec le concours des Archives départementales, qui permettront un enrichissement de la visite virtuelle avec l’histoire des habitants de l’époque. 

La médiation de l’archéologie : une responsabilité partagée

L’archéologie n’est pas le seul fait des archéologues territoriaux et d’autres acteurs sont présents : opérateurs, Inrap et privés, chercheurs, bénévoles, archives … Et bien sûr, dans le domaine de la médiation ou de la conservation des vestiges, les professionnels du tourisme mais aussi les aménageurs et urbanistes jouent un rôle important : celui de recréer un lien entre ses habitants mais aussi de renouveler son image et d’attirer des touristes pour créer de nouvelles activités économiques.