Soutenir les aidants naturels

Le Conseil départemental a adopté en janvier 2014 un schéma départemental pour la préservation de l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées. Il met en avant la politique départementale articulée autour 3 axes majeurs : promouvoir le bien vieillir ; conforter la vie à domicile ; diversifier et renforcer les dispositifs d’accueil. Dans ce cadre, un groupe de travail « soutenir les aidants » a été constitué de bénévoles d’associations et de professionnels des services d’aide et de soins. L’un de ses objectifs est de construire avec et pour les aidants un document d’informations adaptées, qui réponde au mieux à leurs interrogations et leurs préoccupations. Dans ce cadre, un questionnaire est mis à votre disposition pour connaître vos attentes sur ce sujet.

Personne de la famille, ami ou voisin, l’aidant naturel vient en aide à une personne âgée en perte d’autonomie ou à une personne handicapée, pour les activités de la vie quotidienne. Ce soutien est réalisé à titre non professionnel, en partie ou totalement, et de façon permanente ou non. Il peut prendre différentes formes comme les activités domestiques (préparation des repas, aux courses,…), les activités de la vie courante (aide aux soins d’hygiène, à la prise des repas, au coucher…), l’accompagnement à la vie sociale, les démarches administratives, la vigilance, ou le soutien moral…

Souvent oublié, l’aidant naturel occupe pourtant un rôle indispensable. Désormais, des initiatives à leur attention existent sur le département. L’une d’elles est un groupe de paroles proposé par le Groupement des Parkinsoniens.  Plus qu’un moment d’échanges, il permet surtout de rompre l’isolement.

« Il faut beaucoup de disponibilité et de patience à un aidant pour accompagner son conjoint dans la maladie. Mais, il faut savoir le préserver », explique Brigitte Cerf, la présidente du Groupement des Parkinsoniens des Ardennes. Une fois par mois, le groupe de parole se réunit à Sedan. Animé par un praticien en psychothérapie, il s’adresse aux personnes souffrant de la maladie de Parkinson et à leurs aidants familiaux. Les personnes atteintes de la maladie sont reçues pendant une heure. Elles expriment en toute liberté leurs émotions ou relatent des événements marquants qui ont pu les perturber. 

Une aide qui passe par les sourires

De leurs côtés, les aidants se réunissent entre eux et expliquent leurs difficultés face à un quotidien lourd et compliqué.  Parfois, une thématique est donnée. Les participants donnent alors leurs idées sur le sujet, grâce à leur expérience. « Les aidants se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls à vivre certaines situations. Cela permet d’aborder des sujets variés et d’obtenir des informations sur la maladie », explique Danièle, bénévole de l’association.  « Souvent, la discussion change de ton. On parle alors de tout et de rien… On s’échange même nos recettes de cuisine. Vous savez, ici on plaisante ! » confie Brigitte Cerf. 
Car c’est bien ça la vocation du groupe de parole : faire sortir les aidants de leur solitude.  Et même si, par pudeur, certains ont du mal à se livrer, ils profitent de ce moment pour se vider la tête.  « De toute façon, le plus compliqué est de venir la première fois. Après, ça devient une habitude, selon leurs disponibilités. Le plus important, c’est de savoir qu’il existe des groupes de paroles pour pouvoir se confier et se libérer. Croyez-moi, c’est vital ! » achève Brigitte Cerf.

Vous êtes aidant naturel ? Votre avis nous intéresse :

Si vous aidez régulièrement et consacrez du temps à un proche malade et ou en perte d’autonomie, votre avis nous intéresse. Vous pouvez répondre au questionnaire ci-dessous en le téléchargeant et en le renvoyant à l’adresse indiquée. Merci pour votre participation.