La révision du réseau des collèges

Les conseillers généraux se réunissent ce jeudi 17 novembre en assemblée plénière à l’Hôtel du Département pour discuter de l’avenir des collèges ardennais.

Face à une baisse de 32 % du nombre de collégiens en 20 ans, le Conseil général des Ardennes a accepté la proposition de l’Education Nationale de réviser la carte d’implantation des établissements ardennais. Le sujet n’est pas nouveau et la situation n’est pas récente puisqu’elle est observée par les services de l’Etat depuis trente ans. Un rapport du Rectorat sur l’évaluation de l’enseignement dans l’Académie de Reims rappelle même que cinq collèges ardennais "étaient considérés comme excédentaires à la carte scolaire avant...1970". Mais les fermetures envisagées par l’Académie ont été différées.

A cet égard, comme le soulignera le Président du Conseil général, il convient de citer le rapport des Inspections Générales de l’Education Nationale de septembre 2004, relatif à l’évaluation de l’enseignement dans l’Académie de Reims : "Le constat demeure que les petites structures, en dépit de la qualité de vie scolaire qu’elles peuvent offrir, soutiennent mal la comparaison avec les établissements plus importants pour la diversification, la dynamique pédagogique, la socialisation et l’orientation des élèves".

Face à ce problème pégagogique, le maintien de certains collèges revient à la surface. Le Conseil général saisi par l’Inspection Académique est invité à formuler des réflexions sur ce dossier de révision du réseau des collèges ardennais qui a été initié à l’origine par le Comité Départemental de l’Education Nationale.
Afin d’améliorer les conditions d’enseignements, les conseillers se sont réunis ces derniers mois, plusieurs fois, avec l’Inspecteur d’académie, les élus locaux, les organisations syndicales et les fédérations de parents d’élèves pour examiner la situation de chaque collège.

Des propositions seront formulées au cours de l’Assemblée plénière pour réaménager la carte scolaire des collèges publics.
Trois principes directeurs ont été pris en compte dans ces propositions :
- s’approcher, pour chaque site, d’un nombre d’élèves compris entre 300 et 600,
- réorganiser les transports scolaires avec l’objectif de ne pas dépasser un temps de transport d’une heure par jour (aller et retour),
- tenir compte de la situation des locaux existants.

Pour répondre au mieux à ces critères, le projet présenté en Assemblée propose la suppression de 8 sites (La Fontaine à Charleville, Château-Porcien, Le Chesne, Liart, Maubert-Fontaine, Raucourt, Revin Briand et Rimogne). Le projet de révision propose le maintien de 36 sites et une création (Renwez). Ce qui n’était pas arrivé depuis vingt ans dans les Ardennes.

Cette séance du Conseil général n’est, en fait, que la quatrième d’une série de dix étapes d’une très large concertation qui a débuté le 25 mars dernier et qui se prolongera encore jusqu’au printemps. Elle a commencé avec l’Inspecteur d’Académie et l’ensemble des conseillers généraux, puis élargie à l’ensemble des cadres du système éducatif des collèges ardennais. Ces étapes préliminaires ont été suivies d’une discussion avec les organisations syndicales départementales dans le domaine de l’éducation, et avec les fédérations de parents d’élèves. Cette étape arrive aussi après l’examen de la situation de chaque collège avec le conseiller général concerné et après diverses rencontres avec des élus locaux, des associations de parents d’élèves et des organisations syndicales, une démarche de discussion et de concertation qui s’est prolongée de mai à la mi-novembre.

Après l’adoption de ce projet, par le conseil général des études et des consultations seront encore effectuées dans les prochains mois, auprès de l’ensemble des partenaires concernés avant une délibération définitive du Conseil général. La nouvelle carte pourrait alors être mise en place, pour la rentrée 2007-2008, par l’Etat à qui appartiendra la décision finale de révision du réseau des collèges ardennais.