Le festival du fou rire

On l’appelle aussi les "Guygnolades". Le troisième festival du rire dans les Ardennes a eu lieu vendredi 20 janvier au théâtre municipal de Charleville-Mézières. Guy Escoffier a retrouvé les planches et sa bande de gais lurons. De quoi donner l’asile aux fous !

Plus on est de fous, plus on rit. C’est un peu la devise de Guy Escoffier. Autant dire que comme la maladie est chronique, la famille s’aggrandit de jour en jour.

La grippe à bière sévit. L’ancien propriétaire du bar du théâtre à Charleville-Mézières (qu’il tenait avec Jenny) a changé de matériau : il a troqué le zinc pour le bois, en l’occurence celui des planches du théâtre municipal, déplaçant son centre d’attractivité d’une vingtaine de mètres. De la Cène à la scène... L’un porte la croix et l’autre la bannière. Jésus crie et Guy.. gnole. Ou plutôt il guigne. Il cligne de l’oeil comme on dit aux bords du Rhône où l’on ne confond pas les cygnes avec les canards sauvages.

Cela fait maintenant plus de trente ans que cet arrière-arrière-arrière-arrière petit-fils de Guignol -il est originaire de Lyon mais les origines familiales guignolesques ne sont pas confirmées par l’état civil- a remisé son tablier de cabaretier pour le costume d’animateur et de gai luron. Il défend la cause du festival des marionnettes de Charleville-Mézières, ce qui est un crime de lèse-majesté pour un Lyonnais. Monsieur le gendarme ne l’arrêtez pas. Enfin pas tout de suite. Ami public, ne circulez pas, tout est à voir.

Vendredi 20 janvier à 20h30, Guy Escoffier a organisé la troisième édition des "Guygnolades" autant dire du festival du rire. Du fou rire même. Le passeport est exigé à l’entrée. Les clandestins passent par la porte principale. Aux côtés de Guy Escoffier se sont retrouvés Ismael Omer -c’est loin ? Tais-toi et nage !- , la Méditerrannéenne Geneviève Gil, Dan Porret et sa colombe savante et bien d’autres, dont Frédéric Escoffier, le fils de qui vous savez... Une bouffée d’oxygène. Autant dire deux heures de cascades de rires. Il est temps de façonner une statue à Guy Escoffier. Au travail et vite... Il a élevé le rire au rang d’une véritable communication. Mieux d’un médicament. Le spectacle encouragé par le Conseil général pourrait être, aux dernières nouvelles, remboursé par la Sécurité Sociale... C’est la carte Guy...tale.