Le fauchage raisonné

Volontaire en matière de développement durable, le Département pratique  le fauchage raisonné.

Le fauchage raisonné, tu pratiqueras !L’objectif prioritaire de cet ensemble de bonnes pratiques est de garantir aux usagers de la route des conditions de circulation sécurisées. Mais il répond aussi à d’autres enjeux : la préservation de l’environnement et l’encouragement de la biodiversité. Sur le terrain, les agents du Conseil départemental suivent donc de nouvelles règles, que vous pourriez peut-être aussi adopter en tant que particulier ?

Voici les 7 commandements pour faucher bien et malin :

  • 1. 40 cm, tu attendras

Rien ne sert de faucher si la hauteur de l’herbe ne dépasse pas 40 cm. En dessous, les conditions de visibilité des automobilistes ne sont pas altérées.

2. Trop tôt, tu ne faucheras

Il vaut mieux attendre que l’épi* soit formé pour faucher l’herbe ; quand on le coupe, elle repousse moins vite. C’est donc faux de croire qu’en fauchant tôt, on limite la repousse et la hauteur de l’herbe. Pire même, cela oblige à réaliser plus de coupes dans l’année. Alors qu’il est prouvé que réduire le nombre de fauches dans l’année permet à court terme d’augmenter la biodiversité*.

3. La bande de sécurité, d’abord tu faucheras

Sauf problème de visibilité, on fauche dans un premier temps uniquement la bande de sécurité dans l’accotement*. Cela permet d’assurer aux usagers la possibilité de s’en servir pour une manoeuvre ou un arrêt d’urgence, par exemple. Le reste de l’accotement est fauché après la fin de l’été, pour respecter le cycle de reproduction et de développement de la faune et de la flore. Interdit, par exemple, de débroussailler les talus entre mars et fin août !

4. A ras, tu ne couperas 

Sachez qu’en coupant à ras, vous faites le jeu des pissenlits et des chardons, et de plein d’autres espèces du même genre, communes et sans grand intérêt ou indésirables, qui ont alors toute la place qu’elles veulent pour se développer. Vous allez aussi, en détruisant les biotopes, diminuer la biodiversité. Avec le risque de vous faire détruire vous-même par un écolo ! Plus sérieusement, une herbe coupée à ras fera la même hauteur, au bout de trois semaines, qu’une autre coupée à 10 ou 15 cm. Vexés, les p’tits poils d’herbe compensent… Deux arguments encore, pour les sceptiques : en coupant à ras, vous rabotez le sol, d’où une érosion des terrains et un ruissellement plus conséquent des eaux de pluie ; et vous prenez le risque d’user voire de casser plus vite les outils, tout en consommant plus de carburant vu que vous sollicitez davantage les moteurs…

5. La biodiversité, tu protégeras

Le Conseil Général et la biodiversité

 Vous saviez que sur 100 espèces de fleurs, 30 au moins vivent dans les bords de route ? C’est dire s’il faut veiller sur ces dépendances vertes*, qui servent de
refuge pour des centaines de fleurs, de batraciens ou d’oiseaux. Au Conseil général, les agents des routes sont maintenant bien conscients que les pratiques de fauchage intensif empêchent de nombreuses espèces de fleurir, de fructifier, de répandre leurs graines et de germer. « Avant que la collectivité mette en place le fauchage raisonné en 2010, on fauchait en quelque sorte de manière automatique sans se demander pourquoi ni si c’était bien utile. Le seul 

intérêt, c’était de garantir aux usagers de la route des conditions de visibilité optimales, témoigne Olivier Noizet, responsable de l’entretien et de la maintenance du réseau routier départemental. Il nous semblait donc opportun, même indispensable, de sensibiliser les agents à la richesse floristique et faunistique des dépendances routières. Ne serait-ce que pour qu’ils comprennent l’intérêt de ces nouvelles pratiques de fauchage et qu’ils y adhèrent. »


6. Ton temps et ton argent,
 tu gagneras 

Pour la deuxième fois cette année, des journées de formation ont ainsi eu lieu sur le terrain, dans tous les Territoires Routiers Ardennais, animées par l’association Nature et Avenir. Sur l’ensemble du programme, l’an dernier, les agents avaient pu observer à l’oeil nu, dans les accotements et les talus, 150 espèces de fleurs et de plantes différentes ! Dont des espèces remarquables ou protégées comme des orchidées, s’il vous plaît !

En diminuant la fréquence des opérations de fauchage, le Conseil général gagne du temps, que ses agents peuvent alors consacrer à d’autres tâches de maintien de la sécurité et de la viabilité des 3.243 km de routes départementales et des 83 km de Voie verte. Fréquence moindre + hauteur de coupe plus haute : il économise aussi de l’argent en sollicitant moins les engins.

7. Le nouveau plan de fauchage, tu suivras


* Le lexique qui vous explique…

Qui dit fauchage raisonné dit 2 à 3 coupes réalisées par an sur la bande de sécurité : une au printemps, une deuxième, si besoin, au début de l’été (l’an dernier, la vitesse de pousse n’a pas nécessité de la faire), et une autre à la fin de l’été. Sachant que les routes étroites et sinueuses sont fauchées en priorité, et que certains carrefours ou virages serrés sont traités de manière spécifique. Pour la Voie verte, le régime c’est 3 à 4 coupes par an.

Pour les talus, des opérations de débroussaillage, de taille de haies ou de coupe d’arbres sont réalisées à l’automne et l’hiver en dehors des périodes de nidification. « Les talus sont une conséquence de la construction des routes. Si l’on pouvait suivre partout le terrain naturel, il n’y aurait pas de talus. Ils n’ont pas de fonction par rapport au réseau, et représentent plutôt une contrainte. Donc il n’y a pas d’enjeu qu’ils soient débroussaillés de manière parfaite. Laisser pousser les ronces et les haies dans les talus – dans une certaine limite bien sûr - ce n’est pas un mal. Pour l’abri et la reproduction des animaux, c’est même mieux ».

… l’épi : ce sont les fleurs regroupées au sommet du brin d’herbe
… la biodiversité : c’est l’ensemble des êtres vivants et les liens qui les unissent dans leur milieu de vie
… l’accotement : c’est la zone qui s’étend du bord de la chaussée à la limite de plate-forme (pour simplifier, la surface horizontale). La partie située directement en bord de chaussée s’appelle la bande de sécurité
… les dépendances vertes routières : elles englobent les talus, les fossés, les accotements, mais aussi les grands îlots des ronds-points, les aires d’arrêt et les parkings.

 

Mis à jour le 01 Avril 2015

Restez informés

http://www.guerreetpaix.fr

Musée Guerre et Paix en Ardennes

Musée Guerre et Paix en Ardennes
http://bda.cd08.fr/

La Bibliothéque Départementale

http://archives.cd08.fr/

Les archives départementales