Lac de Bairon : la plage est rouverte

La plage de Bairon est de nouveau ouverte à la baignade depuis ce samedi 20 juillet.

Jeudi 18 juillet, le Conseil départemental a fait intervenir une entreprise spécialisée pour éliminer les nids de chenilles et les poils urticants restés au sol. 

Dans le détail, cette opération a consisté à :

  • Décrocher un à un les nids situés dans les arbres,
  • Nettoyer chaque arbre à l’aide d’une lance à eau,
  • Tondre à plusieurs reprises les zones touchées,
  • Acheminer les déchets vers un site de méthanisation pour qu’ils se dégradent naturellement. 

Par ailleurs, pour améliorer le confort des visiteurs, le sable de la plage a parallèlement été nettoyé à l’aide d’une cribleuse nouvellement acquise par le Département et les équipes techniques départementales ont lavé l’ensemble du mobilier de plein air.

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a confirmé qu’ « au regard des actions mises en œuvre ces derniers jours sur le site en matière de lutte contre la présence de nids et de poils urticants, tant au niveau aérien qu’au niveau des sols, des actions de suivi et de surveillance à mettre en place les prochains jours sur le site et des actions d’informations, de prévention et de sensibilisation à transmettre à l’ensemble du public qui se rendra sur le site, il est possible de procéder à une réouverture partielle du site. »

Un espace entre la partie boisée et la plage restera en effet tout de même fermé jusqu’à un nouvel avis de l’ARS, afin de poursuivre une veille sur le traitement réalisé. 

L’action de prévention menée par les agents du Conseil départemental se poursuit avec le rappel des précautions à respecter et la baignade est surveillée de 13h à 19h.
 
A plus long terme, le Conseil départemental entend poursuivre la réflexion engagée avec l’ARS mais aussi l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) et la FREDON (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles) de la Chambre d’Agriculture afin de mettre en place des mesures adaptées pour lutter contre le phénomène.