Un collège neuf à Revin

Le nouveau collège de Revin sort de terre. Sa livraison est attendue pour la rentrée de septembre 2006.

""Il sera le premier établissement bâti dans le département des Ardennes depuis la décentralisation. De ce fait, sa construction constitue un symbole.

Le futur collège, dont le permis de construire a été accordé en juin 2004, est destiné à accueillir les élèves hébergés actuellement dans les bâtiments de la cité scolaire Jean Moulin.

Les travaux ont débuté en septembre dernier sur le site de l’ancien crassier Lebeau, rue Albert Camus.

L’objectif poursuivi est de redonner une taille humaine au collège en mettant un terme à une cohabitation, génératrice de problèmes de tous ordres, avec le lycée d’enseignement général et le lycée professionnel.

L’opération, financièrement très lourde, de l’ordre de 10,5 millions d’euros, décidée en concertation avec la Région et les autorités académiques, s’inscrit donc dans une logique de partition des gros établissements, à l’instar de la cité scolaire de Revin qui compte 1000 élèves appartenant à des tranches d’âge allant de 10 à plus de 20 ans.

Elle vise à assurer un meilleur fonctionnement du collège dans des locaux modernes et fonctionnels.

UNE DEPOLLUTION MINUTIEUSE

C’est le cabinet Suan qui s’est vu confier la maîtrise d’œuvre du projet. Le chantier, ouvert sur un terrain de 1,5 hectare, suit son cours.

A son achèvement, enseignants et élèves disposeront d’un établissement de qualité, conçu selon des normes actuelles leur assurant des conditions de travail très supérieures à celles qu’ils connaissent actuellement.

D’une capacité de 300 élèves, le collège, composé de deux bâtiments principaux, aura une surface d’environ 6200 m2 et comprendra outre des locaux destinés à l’enseignement, au CDI et à l’administration, un service de restauration, un gymnase intégré et des logements de fonction.

A la vérité, le Conseil Général n’a pas eu le choix du site. En effet, le seul terrain disponible s’est révélé être le crassier de l’ancienne fonderie Lebeau, dans le quartier de la Bouverie, à l’angle des rues Albert Camus et de la Roche des Diales. Plutôt que de renoncer au déménagement, qui aurait été mal perçu, l’Assemblée Départementale a préféré retenir cet emplacement, géographiquement favorable et faire son affaire de la dépollution complète du site exigée à juste titre par la DRIRE.

C’est ainsi que quelque 42 900 tonnes de sable de fonderie sont en cours d’évacuation vers un site de valorisation de déchets pollués.

Ce travail, coûteux (environ 1,8 millions d’euros) mais nécessaire, est suivi avec une attention toute particulière par le Conseil général qui s’est attaché les services d’un cabinet spécialisé chargé de veiller à ce que tout soit réalisé dans le respect des règlements en vigueur.

Parallèlement à la dépollution, sont menés les travaux de construction des bâtiments sur les surfaces décapées et saines. Il faut en effet tenir les délais qui sont relativement courts puisque la mise en service du nouveau collège Jean Moulin a été fixée à la rentrée 2006-2007.